Sélectionner une page

Édito de Valentin Manent, Délégué Départemental du Loiret.

 

Il y a quelques jours, un responsable d’antenne d’une chaîne d’information de la TNT me disait « c’est une drôle d’époque que nous vivons en ce moment », et c’est vrai que c’est une drôle d’époque.
Une drôle d’époque où le gouvernement français, dépassé, fait guerre contre un ennemi invisible sans s’en donner les réels moyens.
Une drôle d’époque où le gouvernement enchaîne les mensonges à répétitions au risque de mettre en danger la population française.
Une drôle d’époque où le gouvernement ne concerte plus aucune opposition politique, où avis contraire.
Une drôle d’époque où le gouvernement libère 5000 prisonniers, pour « ne pas aggraver la crise sanitaire ».
Une drôle d’époque où la sacro-sainte unité Européenne a complètement disparu.
Une drôle d’époque où en pleine crise sanitaire, l’Union Européenne, préfère aider l’Égypte plutôt que l’Italie.
Une drôle d’époque où l’Union Européenne est objectivement en dessous de tout.
Une drôle d’époque où chaque jour, on compte le nombre de mort du Covid-19 mais pas le nombre de guérison du virus.  
Une drôle d’époque où des députés Macronistes veulent régulariser les clandestins, pour « combattre le virus. »
Une drôle d’époque où la difficulté du confinement est donnée comme excuse d’un attentat terroriste, par un clandestin sur le sol français.
Une drôle d’époque où les médias se demandent encore pourquoi dans certain quartier de non-droit, les cas de coronavirus augmentent plus vite que dans le reste du pays.
Une drôle d’époque où la fermeture et le contrôle des frontières et le retour au localisme sont (re)devenus tendance. Enfin, le contrôle des frontières pas trop en France, il ne faudrait pas tomber dans le repli nationaliste hein…
Une drôle d’époque où, au péril de leur vie, des français se battent jour et nuit, pour nous protéger et sauver nos proches, tout en étant menacés, insultés, expulsés par des saloperies de voisins et propriétaires.
Une drôle d’époque où les macronistes découvrent que « ceux qui ne sont rien », en réalité sont tout, que ceux qu’ils ont appelé « populistes » pour les dénigrés, apparaissent aujourd’hui comme ceux qui ont raison.

Bref, une drôle d’époque où, confiné chez lui, le peuple français, n’a d’autre choix que de subir l’amateurisme du gouvernement.

Selon l’Ifop, 56% des Français n’ont pas confiance dans le gouvernement pour faire face efficacement au coronavirus. 66%, considèrent qu’il ne donne pas tous les moyens aux infrastructures et professionnels de santé pour lutter contre ce virus. Et 74%, pensent que le gouvernement n’a pas réagi rapidement.

Comment ne pas être en accord avec la population ? Comment ne pas se demander où va l’argent du contribuable dans l’un des pays le plus taxé du monde ? Comment admettre un système de santé aussi abandonné ?

Une nouvelle fois le président Emmanuel Macron ainsi que son gouvernement, ne prennent pas les bonnes mesures, n’anticipent pas, avancent à reculons, rejettent la faute sur les autres et n’écoutent pas l’avis des autres.

Depuis le tout début, Marine le Pen ainsi que les cadres du Rassemblement National ont alerté le gouvernement et proposé des mesures pour éviter au maximum la crise sanitaire que nous traversons aujourd’hui. Dès le mois de janvier, le Rassemblement National appelait à la fermeture des frontières françaises et à l’interdiction de certains vols aériens. Mais c’était céder au repli nationaliste pour le gouvernement. Quand nos députés réclamaient des masques pour toute la population, les ministres bégayaient.  

Pourquoi ne pas avoir mis en place, dès le début, des mesures qui fonctionnent dans certains pays d’Asie ?

Pourquoi ne pas avoir réquisitionné les cliniques privées qui n’attendent que cela, pour décharger les hôpitaux surchargés ?

Il est peut-être venu le temps d’arrêter les plans de com, de réellement aider les entreprises, les salariés, les indépendants et de reprendre en considération le personnel soignant.

J’invite le gouvernement à se pencher sur les aides et les mesures que propose Marine le Pen et le Rassemblement National pour que la France sorte la tête haute de cette crise.

Dans tout les cas, il y aura des comptes à rendre au peuple français.